Un quartette de golfeurs aspire à l’Ecole de recrues pour sportifs de pointe

image description
Quatre de nos meilleurs amateurs voudraient entrer à l’Ecole de recrues pour sportifs d’élite. Ce serait une première pour Swiss Golf.

Elena Moosmann, Nicola Gerhardsen, Mauro Gilardi et Cédric Gugler aimeraient faire l’Ecole de recrues pour sportifs de pointe à partir de novembre 2021. Les athlètes passent les huit premières semaines à Macolin. Le matin est consacré à la formation militaire, les après-midis restent libres pour l’entraînement sportif. «Pendant les dix semaines de janvier à mars, on pourrait aussi s’imaginer des camps d’entraînement à l’étranger», a déclaré Marc Chatelain, chef Sport élite de Swiss Golf. 
 
L’Ecole de recrues pour sportifs d’élite existe déjà depuis 1998. «En tant qu’association, nous sommes responsables du coaching. Pour un seul athlète, cela ne vaudrait guère la peine. Mais nous disposons actuellement d’un quartette d’amateurs d’élite ambitieux, et j’espère que leurs candidatures seront toutes acceptées», a dit Marc Chatelain. 

Au lieu de 35 recrues comme par le passé, il y aura pour la prochaine Ecole de recrues 55 places disponibles, tant en été qu’en hiver. Selon Marc Chatelain, il y a une centaine de candidats pour l’Ecole de recrues hivernale. C’est seulement au printemps prochain que les candidatures seront examinées. Les jeunes athlètes seront interrogés individuellement, et Marc Chatelain devra présenter personnellement le concept de coaching à Macolin. 
 
L’Ecole de recrues pour sportifs de pointe est un premier pas important du soutien de l’armée. Les anciennes recrues pourront, entre autres, mettre à proft aussi les cours de répétition pour leur discipline sportive. «On peut par exemple faire valoir jusqu’à 130 jours de cours de répétition sous forme d’entraînement ou de tournois», a expliqué le chef Sport élite. Pour un petit groupe de dix-huit sportifs de pointe, il existe en outre la possibilité de se faire engager comme «soldats temporaires» pendant quatre ans, comme c’est le cas par exemple de l’escrimeur Max Heinzer ou du champion de ski Ramon Zenhäusern.